Le laser vasculaire pour les rougeurs et varicosités

Le traitement laser est une technique durable, efficace et sécurisée pour traiter les rougeurs du visage comme la couperose et l'érythrose, les angiomes stellaires mais aussi les varicosités ou télangiectasies, qui sont de petits vaisseaux superficiels disgracieux, situés essentiellement sur les membres inférieurs, parfois sur le reste du corps. Elle s'adresse aussi bien aux hommes qu'aux femmes. Il est recommandé de traiter le plus tôt possible ces varicosités pour un maximum d'efficacité.

Les indications

La couperose ou l'erythro-couperose (selon la taille variable des petits vaisseaux visibles) est une affection fréquente qui se développe essentiellement sur peaux blanches avec une aggravation lente et progressive au courant de la vie. Elle se traduit par un certain état inflammatoire de la peau et surtout de rougeurs diffuses du visage, touchant en premier le nez et les pommettes.

 

Ces rougeurs, souvent mal vécues peuvent être traitées efficacement par laser en délivrant une certaine énergie au niveau du vaisseau sous forme de lumière afin de le coaguler.

L'objectif est ainsi d'unifier le teint en supprimant rougeurs et petits vaisseaux.

 

Les varicosités sont des dilatations permanentes des veinules intradermiques des membres inférieurs. Présentes chez la femme comme chez l'homme, elles sont difficiles à traiter du fait de leur diamètre et de leur profondeur variables. On distingue différents types de varicosités : des varicosités bleues dont le diamètre se situe entre 0.5 mm et 2 mm, des varicosités rouges d'un diamètre inférieur à 0.5 mm. Certaines varicosités sont parallèles à la surface cutanée, d'autres plongent en profondeur communiquant avec le réseau hypodermique voire intramusculaire.

 

Les lasers vasculaires sont particulièrement intéressants en cas de varicosités superficielles, très rouges, disposées en nappes ou en taches denses et fines car leur diamètre les rend, en effet, inaccessibles aux aiguilles les plus fines (aiguilles 30 G ½) utilisées en micro sclérose. Par ailleurs, certaines zones comme les chevilles ("Corona Phlebectatica" notamment) sont d'excellentes indications pour le laser (alors que le recours à la sclérothérapie entraîne des risques de nécrose).

Pour les varicosités classiques, le traitement en sclérose traditionnel pourra compléter harmonieusement le traitement au laser.

Le matériel

Il existe différents types de lasers vasculaires permettant le traitement des varicosités. Le YAG LP 1064 nm est actuellement le matériel le plus performant pour la prise en charge des varicosités rouges et bleues. La longueur d'onde - 1064 ou 532 nm - est ciblée sur l'absorption de l'oxyhémoglobine contenue dans les globules rouges. L'effet recherché est celui d'une photocoagulation sélective : le faisceau laser traverse la peau sans la léser pour coaguler les globules rouges dans le vaisseau sanguin. La durée d'impulsion sera adaptée à la taille du vaisseau ainsi qu'à l'effet thérapeutique recherché.

La technique

Le laser est un faisceau de lumière monochromatique dont la cible, dans le cadre de ce traitement, est le pigment rouge du sang (hémoglobine) des vaisseaux superficiels. Le faisceau de lumière est transformé en chaleur et entraîne la destruction ciblée des vaisseaux responsables rougeurs et des varicosités. Le port des lunettes de protection est obligatoire. La durée de la séance varie de 15 à 30 minutes. Le traitement peut être inconfortable. La sensation de picotement et de chaleur qui peut être ressentie est atténuée par l'utilisation d'un système de refroidissement couplé au laser. Une crème cicatrisante est appliquée juste après le traitement sur la zone traitée. Les bénéfices du traitement apparaissent au bout de quelques jours ou quelques semaines. Le nombre de séances, espacées de 6 à 12 semaines est fonction du type de varicosités.

Les suites

On observe toujours un érythème. Un léger œdème, ainsi qu'un blanchiment temporaire peuvent être visibles autour de la zone traitée. L'apparition de croutelles dès le deuxième jour est fréquente. Ces petites croûtes résultent de la coagulation des protéines de l'épiderme et disparaissent en quelques jours sans laisser de cicatrice. L'application d'une crème apaisante et hydratante est conseillée pendant les jours suivant le traitement. Une protection solaire vestimentaire ou par écran total est indispensable pendant les quatre semaines qui suivent le traitement.

Les complications

Des complications telles que brûlures, surinfection ou cicatrices sont exceptionnelles et bénignes. Elles sont le plus souvent liées au bronzage. Des troubles de la pigmentation (hyperpigmentation ou hypopigmentation) peuvent survenir dans les semaines suivant le traitement mais sont habituellement réversibles.

Les contre-indications

Le traitement est contre-indiqué chez les femmes enceintes ou allaitant, sur les peaux bronzées et les phototypes élevés (V, VI), mais aussi en cas de lésion dermatologique située sur la zone de peau à traiter ou d'une insuffisance veineuse avérée nécessitant un traitement préalable.